Le podologue est le spécialiste des problèmes liés à la santé des pieds

Un podologue intervient dans tout ce qui concerne les problèmes liés à la santé des pieds.  Il s’agit d’un métier délicat, car le pédologue s’occupe du traitement des affections épidermiques et unguéales. Ainsi, devenir podologue nécessite une formation particulière. De quelle formation s’agit-il ? Nous vous donnerons la réponse à cette question, mais voyons d’abord en quoi consiste le métier de podologue. 

Le travail d’un podologue

Généralement, un podologue constate et rétablit les semelles orthopédiques dans le but de remédier à des déformations du pied. Tout cela s’effectue à l’aide des outils spécialisés ainsi que des ordinateurs. Cela n’empêche quand même qu’il traite aussi des pathologies vasculaires des jambes, des genoux et du dos de ses patients.

Lire également : Les bonnes raisons de recourir à une agence de recrutement à Nantes

Podologue traitant un champignon d’ongle de pied

Mis à part cela, un podologue à plusieurs autres missions. En premier lieu, il soigne des maladies courantes comme :

  • les bénignes de l’épiderme,
  • l’ongle incarné,
  • les verrues plantaires,
  • les Durillons,
  • l’œil-de-perdrix.

Enfin, une catégorie de personnes spécialisées fait aussi partie des patients d’un podologue. Citons par exemple les sportifs ou les personnes âgées ainsi que les diabétiques. Un podologue examine les faits et donne des traitements préventif et curatif à ces personnes. Sans oublier qu’il devra donner les conseils adéquats pour chaque cas.

A lire également : Étancheur : la fiche métier complète

Les études requises

Cursus minimum

Une fonction de podologue exige un diplôme spécialisé dans le domaine comme un Diplôme d’État de Pédicure-Podologie ou DEPE. Il s’agit d’une étude supérieure de trois ans après avoir passé le baccalauréat. La formation comporte des cours théoriques et pratiques. Il faudra aussi effectuer des stages obligatoires pour pouvoir bénéficier de ce diplôme.

Étude approfondie

Après avoir effectué la première étape, le podologue pourra pousser son cursus pour avoir un brevet « Master ». Cette spécialisation comporte en un enseignement supérieur pour l’obtention d’un Diplôme universitaire (DU) et interuniversitaire (DIU). Il faut noter qu’à part les études à long terme, il existe des formations complémentaires disponibles sur diverses branches telles que la réflexologie plantaire, la podologie des enfants ou l’ostéopathie du pied.

Les établissements spécialisés

La podologie est une profession paramédicale qui requiert une formation dans des institutions agréées. L’AFREP figure comme l’un des plus fiables pour suivre une formation en podologie. L’institution est sous la tutelle du CHU Saint-Louis Lariboisière. Elle aide les futurs podologues à décrocher des diplômes reconnus par l’État. Cela a un impact très important pour bien exercer un métier de podologue.

Cela n’empêche qu’il existe d’autres institutions à ne pas négliger. Chacun peut choisir ce qui est bénéfique parmi les nombreuses écoles spécialisées. Il y en a une quinzaine en France pour ne citer que l’IFRES à Alençon, l’école d’Assas à Paris et beaucoup d’autres. D’ailleurs, beaucoup de sites internet donnent une liste des établissements de podologie.

Conclusion

Par ces informations, le podologue dispose d’un rôle important dans le domaine du bien-être et de la santé de ses patients. Même si la correction des déformations des orteils et des ongles reste sa tâche principale, il peut s’occuper de plusieurs genres de maladies. Il faudrait par contre une formation adaptée bien définie pour être à la hauteur de cette fonction.

Un mot à rajouter ?

Please enter your comment!
Please enter your name here